Le Berger Allemand à Poils longs

Aujourd’hui, Le berger allemand a poils longs seduit par son cote  original. MAIS IL N’EN A PAS TOUJOURS ETE AINSI. rEPLONGEONS-NOUS DANS L’HISTOIRE DE LA RACE ET DECOUVRONS POURQUOI LE CAPITAINE mAX vON STEPHANITZ ORDONNNA SON exclusion du cheptel.

 
Horand von Grafrath et Mari von Grafrath - 1900 - Domaine des Taonga - Elevage de Berger Allemand en Normandie
Horand von Grafrath et Mari von Grafrath 1900

Le debut du standard 

 
Si on remonte aux origines du Berger Allemand, on peut comprendre le rôle important que Max von Stephanitz fondait dans la race. 
Le capitaine de cavalerie avait une idée bien nette de ce qu’il attendait d’un Berger Allemand, il devait être avant tout un chien de travail. Il devait être robuste, mais énergique, fin mais musclé. Les oreilles bien dressées, toujours fier et digne quelque soit le travail qu’on lui confiait. 
Pour ce faire, il exigea très clairement que la sélection des reproducteurs soit rigoureusement la plus proche du standard qu’il avait lui-même écrit. 
 
Et notamment, au niveau de la longueur du poil, qui devait être dense, droit, rude et surtout, court. 

 

Les chiens a poils longs ecartes 

 

 

Lors de ses recherches pour décrire ce qu’il souhaitait pour cette nouvelle race de chien allemand, Max von Stephanitz se dirigea vers l’analyse de la race des Colleys à poils courts, importés en Allemagne pour la conduite des troupeaux. 

A l’époque, il ne tarissait pas d’éloges concernant les caractéristiques physiques et le tempérament de cette race venue du nord de l’Angleterre. Reconnaissant particulièrement ses aptitudes naturelles au travail. 

Cependant, un autre style de colleys, le colley à poils longs, se distinguait de son homologue par son manteau long, doux et soyeux. Von Stephanitz n’a eu de cesse de décrier cette déviance prétextant que le colley à poils longs n’avait pas les compétences physiques nécessaires, ni le tempérament pour être un chien de travail sur troupeaux. 

Il déplorait un manque de sous-poils et de poils denses permettant de protéger les chiens des rudesses du climat. 

Allant jusqu’à en faire un rapport pour le SV, il affirma que sa structure osseuse, qu’il qualifiait de faible, était liée au gène du poils longs.   

Mais le plus surprenant dans les propos de Von Stephanitz, c’est l’entretien que demandait le colley à poils longs, pour lui, celui-ci prenait trop de temps à entretenir lors des journées pluvieuses, les chiens restaient sales. Ils mettaient également un long moment à sécher et leurs poils se mouillaient bien plus vite que les poils courts. 

En somme, pour le président de la SV, le Colley à poils longs n’était qu’un chien de « salon ».

On peut comprendre qu’avec toutes ces convictions, son choix d’exclure définitivement le gène du poil long à la race du Berger Allemand fût catégorique. 

 

Mery du Val de la Petite Creuse - Couchée dans un champs - Domaine des Taonga - Elevage de Bergers Allemands en Normandie
Meredith-Grey du Val de la Petite Creuse | Domaine des Taonga | Elevage de Bergers Allemands à poils longs en Normandie

reflexions sur les  raisons de cette exclusion 

 

Rappelons que le climat en Allemagne, comporte les mêmes aléas climatiques que nous rencontrons en France : neige, pluie, boue, vent, froid intense et qu’au XIXè siècle, un chien de travail vivait une bonne partie de sa vie à l’extérieur, il devait donc être très résistant aux nombreuses intempéries puisqu’il était un outils de travail indispensable. Les soins aux animaux étant moins développés au XIXè siècle que de nos jours, ce fût une bonne raison de ne pas sélectionner des chiens que l’on pensait moins robustes. 

Max Von Stephanitz en avait bien conscience et dans son ambition d’en faire un chien de travail parfait, on peut penser qu’en voyant des races aux poils longs mouillés, recouvert de boue, il prit la décision de les interdire.  Rappelons, tout de même, que les premiers Bergers Allemands descendaient des chiens de berger de Würtemberg  possédant une bonne rusticité grâce à leurs poils longs. 

Soulignons aussi, que dans le contexte politique où le nationalisme grandissait en Allemagne, il voulait une race canine digne et fière, représentante de la nation. Et que, dans ce sens, un chien perpétuellement sale ne correspondait pas à l’image prestigieuse qu’il voulait donner au Berger Allemand

Concernant les arguments sur les problèmes de structures osseuses, il n’a pas été démontré ce que Von Stephanitz affirmait. D’autant que pendant cette même période les colleys à poils longs, qu’il dénigrait, étaient initialement utilisés sur les Hautes-Terres Ecossaises et leurs rusticités n’étaient pas à démontrer.

Il semble probable que Max Von Stephanitz essayait de faire passer son standard au sein des éleveurs de Berger Allemand, car à l’époque, les croisements entre les deux types de chiens de berger étaient très aléatoires. 

Le berger allemand a poils longs de nos jours

 

Le Berger Allemand à poils longs aura été écarté de la reproduction pendant plus de 110 ans, avec interdiction de se présenter à l’examen de confirmation. Et malgré tous les efforts des  éleveurs, le gène continua de se manifester dans les portées. 

Puis à la demande du SV, en 2010, la FCI accepta le 1 janvier 2011, de le reconnaître comme faisant partie du standard, ce qui le rendit confirmable.  

Cependant, il n’a pas le droit de concourir avec des Bergers Allemands à poils courts, ni de se reproduire avec eux. Il est désormais considéré comme une variante aux poils courts. 

Néanmoins, le Berger Allemand à poils longs n’est pas un Berger Allemand « à part », il doit être en tout point semblable au Berger Allemand à poils courts et le standard est très précis concernant sa rusticité : un sujet ne présentant pas de sous-poils est non-confirmable. 

 

Aujourd’hui, à travers le monde, le Berger Allemand à poils longs compte de nombreux sujets reconnus pour leurs qualités exceptionnelles. C’est un chien robuste, facile d’entretien et dont la notoriété, auprès d’un publique conquis, est très encourageante pour l’avenir de ces « poilus » qui le valent bien. 

Meredith à 3 mois - Domaine des Taonga - Elevage de Bergers Allemands en Normandie

C’est avec un réel plaisir que nous vous invitons à faire connaissance avec les Bergers Allemands qui partagent nos vies.

Pour chacun d’entres eux, vous découvrirez leur personnalité, mais aussi les informations plus formelles qui illustrent parfaitement la ligne de conduite que nous nous sommes fixées.